Un monument sur la frontière : commémorer la guerre de 1870 à Mars-la-Tour (1871-1914)

Le monument de la guerre franco-allemande de 1870, situé à Mars-la-Tour en Meurthe-et-Moselle, commémore les soldats français tombés lors des combats des 16 et 18 août 1870. Sculpté par Frédéric-Louis-Désiré Bogino, édifié par souscription nationale à l’initiative des habitants, il est inauguré en 1875. Le monument, auquel se joignent une église transformée en temple patriotique et un musée, constituent un patrimoine qui devient très vite le support d’un culte des morts et d’un tourisme mémoriel. Tous les ans, jusqu’en 1914, des cérémonies entretiennent le souvenir des disparus et attirent des milliers de participants. Véritable centre de la mémoire locale, le monument de Mars-la-Tour a la particularité de se situer à moins d’un kilomètre de la frontière qui sépare la France de l’Allemagne entre 1871 et 1918. Le présent article a plusieurs objectifs : contribuer à l’histoire générale de la patrimonialisation des frontières, revisiter l’historiographie des commémorations de guerre en France, enfin, rendre compte de la genèse d’un monument singulier en Lorraine en interrogeant les pratiques qui l’ont accompagné. Il s’agit ici de se dépayser d’une approche par le haut et de porter l’attention sur les acteurs locaux à la frontière.

Benoît Vaillot, « Un monument sur la frontière : commémorer la guerre de 1870 à Mars-la-Tour (1871-1914) », In Situ, 38, février 2019.


Benoit Vaillot

Doctorant en histoire Arche EA 3400 (Université de Strasbourg) / PhD Researcher (European University Institute, Florence). Coordinateur du séminaire doctoral « Nationalism Working Group » hébergé à l'Institut Universitaire Européen.

You may also like...

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *

This site uses Akismet to reduce spam. Learn how your comment data is processed.