La France pouvait-elle gagner en 1870 ? + recension

Recension de Antoine Reverchon, La France pouvait-elle gagner en 1870 ?, Economica, 2014 originellement publiée sur : http://desetageresetdeslivres.over-blog.com

Dans la lancée de la Guerre de 1870, de François Roth, je viens de terminer un autre ouvrage sur ce conflit. La France pouvait-elle gagner en 1870 ? propose un traitement uchronique de la défaite française. En proposant plusieurs what-if (« et si »), Antoine Reverchon, l’auteur, imagine d’autres déroulements du conflit. L’exercice est difficile : quel point de divergence choisir ? Quel paramètre modifier ? La frontière est ténue entre la démonstration historique et le fantasme. Imaginer d’autres issues à un événement historique impose de maîtriser ce dernier afin de pouvoir identifier le ou les points de bascule.

Antoine Reverchon affiche dès les premières pages son incontestable connaissance du conflit. L’armement, la mobilisation, les plans, le commandement des armées françaises et allemandes sont chacun passées en revue avant une synthèse du déroulement historique de la guerre, que ce soit durant la première phase, celle de la guerre impériale jusqu’à Sedan, ou la seconde phase inaugurée par l’arrivée au pouvoir du gouvernement de la Défense nationale. Ces pages sont passionnantes et démontrent que l’auteur maîtrise son sujet. Une distinction nette est à faire entre les parties historiques et les parties uchroniques. Une fois entamée la lecture de ces dernières, le récit est noyé dans une énumération de lieux et d’unités qui rendent la lecture assez technique et impose des retours aux quelques cartes du livre et à l’ordre de bataille placé en fin d’ouvrage. Un lecteur averti saura se raccrocher aux branches de ses connaissances au cours de la lecture des phases historiques, celle des phases uchroniques sera un peu plus difficile et risque même de perdre le lecteur.

L’ouvrage possède les défauts de ses qualités et reste très intéressant malgré tout. Son principal intérêt réside en effet à mon sens dans le fond, c’est-à-dire les situations proposées.                         

Quelle(s) réponse(s) Antoine Reverchon apporte-t-il à la question posée dans le titre? Dans son avant-propos, il aborde un point intéressant en écrivant qu’il ne s’agit pas d’imaginer une éclatante victoire française, symbolisée par un nouveau défilé des aigles impériales à Berlin. Le coup porté par la Prusse reste rude et il s’agit moins de vaincre que de sortir de la guerre. La remarquable analyse des forces en présence au début du texte permet d’identifier les curseurs (les atouts français et les faiblesses allemandes) qu’il s’agit de déplacer pour explorer un déroulement différent des événements. Les propositions uchroniques d’Antoine Reverchon (que je laisse au lecteur intéressé le soin de découvrir) sont-elles toutes convaincantes ? Pas forcément. Mais cela n’est pas une faiblesse dans le sens où la direction déjà explorée permet d’en identifier une nouvelle. La France pouvait-elle gagner en 1870 ? constitue une base de réflexion stimulante sur cette guerre. Il est d’ailleurs intéressant de noter dans la bibliographie (bien fournie notamment en ouvrages anglophones) la présence de jeux de simulation (que nous pouvons appeler également wargame). Antoine Reverchon a-t-il testé ses hypothèses sur des wargames (dont l’emploi m’apparaît tout à fait pertinent dans la mesure où un jeu d’Histoire permet de rejouer des événements en se basant sur une situation et des paramètres historiques) ? Un développement de la méthode employée pour élaborer les propositions uchroniques aurait amené une belle plus-value au livre (mais je ne serais pas étonné d’apprendre que l’auteur ait été limité par le format court de cette collection des éditions Economica).  

Mon cœur balance pour dire à qui recommander la France pouvait-elle gagner en 1870 ? D’un côté, un lecteur désireux d’en apprendre plus sur 1870 trouvera son bonheur dans les parties dédiées évoquées plus haut mais sera sans doute noyé par le style assez technique au cours des parties uchroniques. Le spécialiste y verra certainement beaucoup de choses à redire au sujet de la crédibilité des propositions uchroniques. Cela n’est que secondaire à mon sens dans la mesure où un tel livre nous offre une base de réflexion stimulante. En parallèle de la lecture, le lecteur se surprendra en effet à échafauder ses propres scénarios en se basant sur les enseignements qu’il tire des faits historiques exposés. Au-delà du simple événement, Antoine Reverchon nous invite réfléchir sur celui-ci et ses paramètres.


You may also like...

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *

This site uses Akismet to reduce spam. Learn how your comment data is processed.