La Bataille du Mans, une bataille décisive: Chanzy combattif face à Alvensleben offensif

Chanzy, figure de la résistance à l’invasion


Le général Chanzy (vers 1880), commandant la 2e Armée de la Loire (Wikimedia Commons)

Alfred Chanzy est né le 18 mars 1823 à Nouart dans les Ardennes. Issu d’une famille marquée par les guerres napoléoniennes (son père et son oncle ayant combattu sur les champs de bataille d’Europe), il s’engage à 16 ans dans la navale, mais se retire très vite pour rejoindre un régiment d’artillerie, puis réussit le concours d’entrée à Saint-Cyr. Jeune sous-lieutenant d’infanterie en 1843, il rejoint les zouaves et effectue la majorité de sa carrière dans la colonie d’Algérie, hormis une participation à la protection du Vatican entre 1861 et 1864. Général de brigade en 1868, il demande à combattre en métropole dès l’entrée en guerre, ce qui lui est refusé.

La république manquant de commandants expérimentés, le nomme général de division en octobre. Après la prise d’Orléans, Gambetta charge Chanzy de constituer la seconde armée de la Loire avec les 16e, 17e et 21e corps. Chanzy attaque d’abord les Prussiens à Marchenoir, le 7 et à Beaugency, le 10 décembre, puis se replie sur Vendôme, tout en continuant à harceler l’armée de Frédéric-Charles de Prusse : une « retraite infernale » selon le commandement prussien.

Dépêche adressée à Epuisay, par Chanzy aux généraux situés à Tours et Angers, le 16 décembre.

Le prince Charles, qui a passé sur la rive droite (de la Loire), m’a attaqué hier à Vendôme. Je crois donc que les forces ennemies sont sur cette rive. Je me suis mis en retraite sur Le Mans, où je compte arriver le 19 ou le 20. Dirigez sur Le Mans tout ce qui est destiné à mon armée, hommes, détachements, matériel.

Von Alvensleben, à l’origine de la victoire allemande


Le général von Alvensleben (BNF-Gallica)

Constantin von Alvensleben est né en Allemagne en 1809. Entrée dans l’armée en 1827, il alterne les fonctions de commandement d’unité et d’état-major. Il participe à la guerre de duchés en 1864, la guerre austro-prussienne en 1866. Alors à la tête d’une brigade de la garde il se distingue personnellement à Sadowa. En 1870,  il succède au prince Frédéric Charles au commandement du IIIème corps dans la 2ème armée et contribue à la victoire de Spicheren le 6 août et de Mars-la-Tour. Ses troupes arrivent dans le département de la Sarthe le 8 janvier et s’empare d’Ardenay et de Parigné l’Evêque. En 1910, le lieutenant français Valère Alwrod, démontre que le vainqueur de la bataille du Mans est bien le général Constantin von Alvensleben. C’est lui qui prend les initiatives et engage l’offensive sur Auvours et au sud du Mans, alors que le prince Frédéric-Charles invite ses officiers à la prudence face à la combativité des soldats français. Lui-même disait qu’il avait appliqué le principe napoléonien :

L’art d’attaquer tout ce que l’on rencontre afin de battre l’ennemi en détail en pendant qu’il se réunit.

Alvensleben est honoré en 1892, peu de temps avant sa mort, lors de l’anniversaire de la bataille du Mans, de l’ordre de l’Aigle Noir.

Carte: les combats des Armées de la Loire

Carte réalisée par S. Angonnet, Le Mans Université, d’après François Roth

Texte: Stéphane Tison et étudiant.es de Le Mans Université

Zur deutschen Version

Présentation du projet et des auteurs.trices

Retour à la table des matières


Anne Baillot

I am a Professor of German Studies at Le Mans Université. My areas of research include German literature, Digital Humanities, textual scholarship and intellectual history.

You may also like...

3 Responses

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *

This site uses Akismet to reduce spam. Learn how your comment data is processed.

Search OpenEdition Search

You will be redirected to OpenEdition Search