La Bataille du Mans, une bataille décisive: les causes de la guerre de 1870

Depuis la révolution française et l’empire émergent en Europe des mouvements d’unification nationale. Dans ce contexte, Napoléon III veut redonner à la France toujours affaiblie par la défaite de 1815 une influence notable. Favorable au mouvement d’unification nationale, il soutient l’Italie contre l’Autriche en 1859, non sans inquiéter les autres puissances européennes.

Du côté prussien, le chancelier Otto Von Bismarck, s’oppose à la puissance autrichienne dans les tentatives d’unification allemande. La Prusse parvient, en 1866 à battre l’Autriche à Sadowa et fonde la “confédération d’Allemagne du Nord” qu’elle domine. Cependant la moitié Sud de l’Allemagne reste influencée par l’Autriche, ce qui déplaît fortement aux autorités prussiennes, Bismarck en tête. Favorable à l’unification allemande, Napoléon II demande malgré tout des compensations territoriales et convoite la rive gauche du Rhin, la Sarre et le Luxembourg, et même la Belgique. Des intentions qui effraient les Etats du Sud de l’Allemagne comme la Bavière, jusque là francophiles. Bismarck, par habileté diplomatique, parvient à se placer comme défenseur des Etats Allemands, plus faibles face à la France.


Rencontre dans le village de Donchéry (Ardennes) de Bismarck et de Napoléon III, après la défaite de Sedan (Wikimedia Commons)

En 1870 la succession au trône d’Espagne est proposée à un prince prussien : Léopold de Hohenzollern, cousin du roi de Prusse. Redoutant la présence de monarchies allemandes à l’Est et au Sud du pays, Napoléon III voit rouge. Le ton côté français est particulièrement belliqueux. La tension diminue lorsqu’est annoncée la renonciation de Léopold. Mais le gouvernement français se montre intransigeant : l’ambassadeur de France à Berlin insiste auprès de Guillaume Ier, roi de Prusse, pour obtenir un renoncement écrit. Le 13 juillet, ce dernier refuse et se plaint à Bismarck du comportement du diplomate par télégramme. Bismarck réécrit ce télégramme dans un sens dédaigneux envers la puissance française et le transmet à la presse. C’est la “dépêche d’Ems”. Le gouvernement s’estime offensé et l’opinion populaire s’embrase à Paris pour laver l’affront. Les crédits de guerre sont votés par le Corps législatif le 15 juillet 1870. Napoléon III déclare la guerre le 19 juillet 1870. Les Etats allemands du Sud rejoignent la Prusse pour défendre l’espace germanique.

Texte: Stéphane Tison et étudiant.es de Le Mans Université

Zur deutschen Fassung

Présentation du projet et des auteurs.trices

Retourner à la table des matières


Anne Baillot

I am a Professor of German Studies at Le Mans Université. My areas of research include German literature, Digital Humanities, textual scholarship and intellectual history.

You may also like...

1 Response

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *

This site uses Akismet to reduce spam. Learn how your comment data is processed.