Les soldats dans la Bataille du Mans: les vestiges d’une armée professionnelle

Après la défaite de Sedan et la reddition du reste de l’armée impériale à Metz, le gouvernement de la Défense nationale utilise les vestiges de l’armée professionnelle. Ces hommes représentent quelques exemples d’unités rassemblées : les marins, les zouaves pontificaux qui protégeaient avant la guerre le Vatican, les régiments d’active. Des cavaliers arabes furent même déplacés depuis la colonie d’Algérie.

Gougeard, un officier de marine commandant des fantassins

Général Gougeard, photographie (Wikimedia Commons)

De nombreux généraux de l’armée impériale étant captifs, Gambetta nomme des officiers de marine au commandement des troupes. Gougeard, ami du ministre, en est l’exemple. Né en 1827 à Lorient, Auguste Gougeard entre à l’école navale en 1842 puis mène sa carrière en Afrique, dans la guerre de Crimée et en Extrême-Orient. Capitaine de frégate en 1866, il est nommé général de brigade en novembre 1870. Son nom est attaché à la charge d’Auvours qu’il mène le 11 janvier 1871. Républicain, surnommé « le chaloupier rouge », il aurait lancé à l’assaut les soldats catholiques, souvent monarchistes, avec ce cri de ralliement : « En avant ! Pour Dieu et pour la Patrie, le salut de l’armée l’exige ! ». Une phrase couramment utilisée après guerre pour rappeler l’unité nationale. Il sera ministre de la Marine du 14 novembre 1881 au 29 janvier 1882 dans le ministère Gambetta. Il repose depuis 1886 à sa demande dans la crypte du monument d’Auvours près des soldats qu’il avait commandés.

Albert Bonvallet, sous-lieutenant de 24 ans des Zouaves pontificaux

Albert Bonvallet en tenue de zouave (Société historique et archéologique du Maine, fonds Robert Triger)

Né à Montfaucon (Maine-et-Loire), il s’était engagé en 1865 dans le régiment des Zouaves pontificaux pour la défense des États du pape face aux révolutionnaires. Suite à la prise de Rome en 1870 par le royaume d’Italie, les zouaves pontificaux qui le souhaitent sont réunis pour défendre la France sous le nom de Légion des Volontaires de l’Ouest. Albert s’engage aussitôt et participe à la charge d’Auvours qu’il décrit dans une lettre à sa mère le 27 janvier :

Sur les 3h nous voyons les pentes d’Auvours se couvrir de fuyards, mobiles et lignards, sans sac, sans fusil, sans képi dégringolant les flancs du coteau. […] Alors tous les officiers présents poussent le cri si connu chez nous En avant ! À la baïonnette, et nos Zouzous comme à la parade, font volte-face et continuent cette charge infernale qui doit durer jusqu’à la mort ! À 7h du soir nous étions maîtres du plateau, mais à quel prix !

Il est blessé et fait prisonnier le 12 avant de s’échapper le 25 et apprendre qu’il a été nommé lieutenant.

Edouard de Castelnau

Il est l’un des généraux de la Grande Guerre (1914-1918) et, à 19 ans, capitaine au 36e régiment de marche en 1870. Il assiste à la percée allemande le soir du 11 janvier, qu’il commente ainsi dans L’Echo régional de la Sarthe du 6 janvier 1921  :

Le colonel Marty marchait sur la droite de la route avec deux bataillons du 36e. Il s’avança avec les plus grandes difficultés ; il fut ramené. Trois fois, les colonnes se portèrent en avant ; trois fois elles furent arrêtées par les mêmes difficultés. Je les arrêtai un peu avant la Tuilerie qu’elles ne purent enlever. Il était environ une heure du matin. »


Edouard de Castelnau, sous-lieutenant en juillet 1870 (Herodote.fr)

Texte: Stéphane Tison et étudiant.es de Le Mans Université

Zur deutschen Version

Présentation du projet et des auteurs.trices

Retour à la table des matières


Anne Baillot

I am a Professor of German Studies at Le Mans Université. My areas of research include German literature, Digital Humanities, textual scholarship and intellectual history.

You may also like...

1 Response

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *

This site uses Akismet to reduce spam. Learn how your comment data is processed.

Search OpenEdition Search

You will be redirected to OpenEdition Search