Les soldats dans la Bataille du Mans: les mobiles

Les mobiles appartenaient depuis la loi Niel de 1868 à la réserve qui peut être rappelée et formée en cas de guerre. Réunis après la déclaration de guerre, la rapidité de la défaite empêche de les instruire.

Henri de la Touanne, à la tête du 33e Mobiles de la Sarthe


Henri de la Touanne (extrait de: Denis Erard, Souvenirs d’un Mobile de la Sarthe, Le Mans, Monnoyer, 1909)

Rappelé le 4 août, il est nommé à 34 ans lieutenant-colonel le 28 août et commande le 33e régiment mobile d’infanterie de la Sarthe. Le régiment intègre plus de 3500 hommes et en perd 2300 au cours de cette campagne. Lui-même est blessé à la bataille de Loigny, le 2 décembre 1870.

Le 33e Mobiles reste d’abord en position défensive, puis participe au combat à partir d’octobre. Il participe à la victoire de Coulmiers le 9 novembre 1870, puis combat à Loigny. 

Résumant son expérience, de la Touanne écrit :

Nous arrivons maintenant à l’armée. Ce que nous avons vu, le milieu dans lequel nous avons vécu ne peut ressembler en rien à la magnifique armée que nous avions au début de la campagne. Mais si nous avons été attristés par bien des choses, notre orgueil patriotique se réveille plus fort que jamais devant ce qu’ont fait ces troupes formées du jour au lendemain, mal habillées, mal équipées et trop souvent mal nourries.

Denis Erard, mobile de la Sarthe

Né le 6 novembre 1849 au Mans, Erard combat comme simple « Moblot » puis comme sous-officier à la 4e compagnie du 2e bataillon. Il termine la campagne avec le grade de sergent-major. Publiés en 1907, ses Souvenirs d’un mobile de la Sarthe, inspirés de son carnet de guerre, connaissent un grand succès. Il y raconte la violence des combats de Coulmiers, Villepion, Loigny, Villorceau, Le Mans, Saint-Jean-sur-Erve.


Denis Erard (extrait de: Souvenirs d’un Mobile de la Sarthe, Le Mans, Monnoyer, 1909)

Changé, le 10 janvier au soir :

Dans l’obscurité, la fusillade, accompagnée de lueurs subites, se continuait intense ; on devait tirer sans se voir de part et d’autre et les coups de fusil tirés sur la place à une distance si rapprochée étaient étourdissants.

Son témoignage, très vivant, dit les horreurs de la guerre : les francs-tireurs mutilés par les Prussiens « les têtes […] fendues, les épaules, les bras mutilés, les mains avaient presque toutes les doigts coupés » ; l’exécution sommaire de camarades pour indiscipline par des officiers, tels les deux frères de Saint-Jean-sur-Erve qui de passage dans leur village avaient décidé de dormir chez leurs parents. « De toutes les horreurs de la guerre, aucune ne nous parut plus douloureuse et plus cruelle que cette exécution » écrit Erard. Ces visions l’ont profondément marqué au point qu’il dit n’avoir jamais été confronté avant à un « tel degré d’horreur ».

Ernest Gay, lieutenant dans la Mobile de Dordogne


Lieutenant GAY (extrait de La Guerre en province : campagnes de la Loire et du Mans 1870-71, Paris, Ducrocq, 1908)

Fils d’un négociant, il a 23 ans en 1870 lorsqu’il rejoint le 22e régiment de Mobiles de la Dordogne, constitué à Blois fin septembre.

En quelques jours, on était devenu soldat, et l’on savait parfaitement se tirer d’affaire et suppléer les oublis de l’intendance. Les lapins qui abondaient tout autour de nous alimentaient la table.

Il participe au côté des francs-tireurs de Cathelineau aux batailles de Coulmiers, Beaune-la-Rolande puis est engagé dans la défense de la Sarthe à Montmirail, Vibraye, Montfort, Fatines. Pour lui, la défaite est patente dès lors que Montfort est perdue, ouvrant la voie vers Le Mans, fermant celle de Paris. Le 12 janvier, il voit les marins protéger la retraite :

Tout un corps d’armée battait en retraite et un bataillon restait là, impassible, pour le soutenir ! Cinq ou six cents marins protégeaient, couvraient vingt-cinq à trente mille hommes.

Paul Pitard, mobile de l’Orne

Paul Pitard est, au début de la campagne, sergent-major de la 3ème Compagnie du 4e Bataillon de la garde mobile de l’Orne (49e régiment). L’armée manque de cadres : nommé adjudant, il commande une compagnie. Dans ses mémoires, il évoque les problèmes de commandement, la formation quasi inexistante de certains officiers et, dès lors, leur indécision. Cette garde mobile est en partie composée de jeunes gens issus de bonnes familles qui n’ont pas suivi de formation militaire pour la plupart. À de nombreuses reprises les soldats reçoivent l’ordre de se tenir prêts à avancer mais demeurent immobiles. Marches et contre-marches se succèdent pour ces hommes, mal formés, mal vêtus, mal nourris et mal armés. Ils sont pourtant engagés le 9 janvier à Courceboeufs, pendant la retraite, comme le raconte Pitart :


À Courceboeufs, l’audace du sergent Pitou (4e bataillon des mobiles de l’Orne), permet de repousser les Prussiens (Dessin de Loui Bombled, dans Grenest, L’armée de la Loire, Paris, Garnier, 1893, p. 873

Pendant ce temps, les troupes qui se trouvaient à la tête échangeaient des coups de feu avec l’ennemi, mais sans lui faire grand mal, attendu qu’il était bien embusqué. Comme il ne paraissait pas vouloir céder le terrain, l’ordre fut donné de l’aborder à la baïonnette. C’était le parti le plus sage, mais on ne sut pas s’y prendre, car l’attaque fut dirigée vers un seul point. […] La colonne s’élança au pas de course sur les Prussiens, qui l’accueillirent de telle sorte qu’elle s’arrêta bientôt indécise, puis plia et finalement recula en désordre sous la grêle de balles qui lui arriva.

 Source : Paul Pitard, Garde mobile de l’Orne 4e bataillon. Campagne 1870-1871, Mortagne-au-Perche, 1872, p. 78-79.

Texte: Stéphane Tison et étudiant.es de Le Mans Université

Zur deutschen Fassung

Présentation du projet et des auteurs.trices

Retour à la table des matières



Anne Baillot

I am a Professor of German Studies at Le Mans Université. My areas of research include German literature, Digital Humanities, textual scholarship and intellectual history.

You may also like...

1 Response

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *

This site uses Akismet to reduce spam. Learn how your comment data is processed.

Search OpenEdition Search

You will be redirected to OpenEdition Search