Les soldats dans la Bataille du Mans: les mobilisés, soldats improvisés

Le gouvernement de la défense nationale mobilise tous les célibataires ou veufs sans enfants de 21 à 40 ans le 29 septembre et crée une garde nationale mobilisée dans chaque département le 11 octobre. Ces soldats mal armés, mal vêtus, ne reçoivent qu’une instruction militaire sommaire. 

Victor Leguicheux, notaire, mobilisé de la Mayenne

Originaire de Sainte-Suzanne, il s’engage comme lieutenant dans les mobiles de la Mayenne. Sa compagnie est composée uniquement d’hommes de son canton et d’après son témoignage, “”de vieux officiers ayant oublié la vie militaire et peu désireux d’y rentrer, d’anciens sous-officiers ne connaissant autre chose que la théorie, grossier et maladroits, mais séduits par la perspective de l’épaulette. Le bataillon subit des pertes importantes dont 50 varioleux, évacués dans les ambulances vers un hôpital. Cette maladie emporte un bon nombre de soldats en moins de 24h. Son bataillon ne combat pas au Mans mais participe à la bataille devant Alençon, à Fyé et La Hutte le 15 janvier 1871.

Mobilisés de la Mayenne. Reconstitution. Dessin d’Amaury de la Rupelle.

Paul Planche, mobilisé de la Sarthe

Paul Planche (extrait de: F. Lemeunier, Sarthois pendant l’Année terrible, Archives historiques du Maine, XVI, 1971, p. 75)

Né au Mans le 5 mars 1843 il habite près du pont Gambetta alors appelé pont Napoléon. Il ouvre une maison de commerce Rue Napoléon juste avant la guerre de 1870. Appelé le 24 octobre 1870 au sein du premier bataillon de garde mobilisé sarthois, appelé ironiquement « les vieux gars » par les gens du pays.

Dans son Journal d’un Mobilisé de la Sarthe à l’Armée de la Loire, il évoque  les marches et contre-marches incohérentes vers Connerré, pour cette unité qui n’est pas engagée dans le combat:

Nous étions fiers d’avoir été choisis pour une semblable mission. Hélas! Il ne nous a pas été donné de pouvoir la remplir.

Le déplacement de ces bataillons composé d’hommes sans entraînement, mal armés et sans uniforme réglementaire a cependant servi à gêner sa marche de l’armée prussienne vers Le Mans.

Le commandant F. Guilbaud, mobilisé d’Ille-et-Vilaine

Les franc-tireurs bretons (détail). Imagerie Delhalt, vers 1870, Nancy (Musée de Bretagne)

« Nous ne partions peut-être pas tous avec enthousiasme, les fruits de la guerre sont amers, mais tous sans crainte et avec un sentiment solide, celui de faire son devoir. », écrit-il dans ses souvenirs publiés en 1881. Il rejoint le 1er bataillon de la 4e Légion des mobilisés d’Ille-et-Vilaine de Redon qui arrive au camp de Conlie le 23 novembre 1870. Les journées sont occupées par les corvées et quand le temps le permet, par l’entraînement, sans armes qui manquent dans ces régiments improvisés. Celles-ci ne leur seront données que la veille du départ vers Le Mans le 7 janvier : des fusils à piston et de plusieurs calibres en très mauvais état. 30% selon lui sont inutilisables.

Postés au sud du Mans, à la Tuilerie, près de l’actuel Tertre rouge, ils seront accusés de s’être débandés devant l’ennemi. En réalité le 11 janvier, à la nuit tombée, les coups de feu cessent. Les hommes se réfugient dans des tranchées pour la nuit, estimant que le combat ne reprendra que le lendemain. Les compagnies à droite

avaient battu en retraite, parce que les chasseurs à pied et les troupes de ligne, officiers en tête, qui seuls venaient de traverser leurs rangs, leur avaient dit en passant : « En retraite ! » et elles ne voyaient et ne pouvaient voir qu’eux et encore en passant et sans trop les reconnaître.

Quant les Prussiens prennent la Tuilerie, plus personne, en réalité de la défendait. La position ne sera pas reprise, malgré de nombreuses attaques… La ville est prise et l’ordre de retraite donné par Chanzy le 12 janvier au matin.

Texte: Stéphane Tison et étudiant.es de Le Mans Université

Zur deutschen Version

Présentation du projet et des auteurs.trices

Retour à la table des matières


Anne Baillot

I am a Professor of German Studies at Le Mans Université. My areas of research include German literature, Digital Humanities, textual scholarship and intellectual history.

You may also like...

2 Responses

  1. Michel PRATI says:

    Merci de rétablir la vérité sur l’affaire de la Tuilerie. Vous montrez que la panique des mobilisés est loin d’être clairement établie. Cette position n’était pas défendue; C’est ce que montre d’ailleurs le lieutenant Alwrod en 1912 dans son livre sur la bataille du Mans. Votre travail fait honneur à la mémoire des Bretons.

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *

This site uses Akismet to reduce spam. Learn how your comment data is processed.

Search OpenEdition Search

You will be redirected to OpenEdition Search