Les soldats dans la Bataille du Mans: les francs-tireurs


Les francs-tireurs bretons. Imagerie Delhalt, vers 1870, Nancy (Musée de Bretagne)

De nombreuses compagnies de francs-tireurs de la Sarthe  se sont créées à l’appel du préfet fin septembre 1870, à Mamers, La Ferté-Bernard, Marolles, etc. Chaque compagnie était composée d’une trentaine d’hommes. Au Mans, il y avait deux compagnies de francs-tireurs : celle des francs-tireurs Manceaux, dirigée par Houdayer et celle des Francs-Tireurs du Mans, dirigée par Demorieux. Leur tenue vestimentaire, parfois fantaisiste, variait en fonction des régions et des compagnies. Les francs-tireurs ne sont pas vus comme de vrais soldats par les Prussiens et risquent l’exécution sommaire s’ils sont pris.

Adrien Tironneau

Né en 1833 à Parigné-l’Evêque, il est artisan boulanger à Pontlieue. Il fait partie des Éclaireurs de la Sarthe formés en octobre 1870. La compagnie qu’il commande comportait seulement 32 hommes à sa création. Ils furent principalement déployés dans Chartre et à Dreux souvent comme troupes d’éclaireurs en renfort de l’armée régulière et faire du repérage sur les lignes ennemies. Après la guerre, Tironneau est nommé conseiller municipal de la ville du Mans ; il est élu maire le 27 avril 1906. Son mandat va durer deux ans. Son nom fut donné au carrefour de Pontlieue, place où fut érigé le monument aux morts du département de 1873 à 1970.

Adrien Tironneau, par Arsène Le Feuvre père (Musées du Mans)

Le comte de Foudras

Lorsque la guerre éclate, le comte Théodorit de Foudras, 44 ans, était à Bruxelles. Il demande à intégrer l’armée, mais sans réponse, propose ses services. Il se rend à Tours et reçoit le 22 septembre l’autorisation du gouvernement de créer le corps des « Francs-tireurs de Sarthe ». Ceux-ci combattent à Orléans le 9 décembre. Début janvier, Foudras reçoit l’ordre de soutenir la colonne mobile du général de Curten gardant le sud du département. Ses hommes harcèlent les Prussiens dans une guerre de guérilla entre Château-Renault et Vendôme, tout en volant au passage les habitants et en provoquant des rixes. Leur comportement incontrôlable entraîne la suspicion des habitants comme des autorités.

Dans le récit qu’il publie après la guerre (édition de 1886), il écrit :

Le métier du soldat-partisan est des plus obscurs et des plus pénibles. Le plus souvent il ne lui est pas donné de combattre en plein soleil et de mourir sous les yeux de son général. Mais vous le verrez, lorsque le jour baisse et que personne ne le regarde affronter bravement la mort, tomber ignoré au coin du bois

Franc-tireur sarthois (extrait de: F. Lemeunier, Sarthois pendant l’Année terrible, Archives historiques du Maine, XVI, 1971, pl. II)

Henri, comte de Cathelineau

Cathelineau. (extrait de: Victoire de Kermel, comtesse de Cathelineau Le général comte de Cathelineau, sa vie et ses mémoires, Paris, Saint-Augustin-Desclée, de Brouwer et Cie, 1909.

Petit-fils du chef vendéen, cet officier monarchiste et catholique de 57 ans propose ses services au gouvernement républicain après la défaite de Sedan. Le 22 septembre, il lance un appel aux Bretons, Vendéens.  Le gouvernement reconnaît son initiative et le corps de volontaires combat à Orléans du 3 au 4 décembre et suit la retraite de la 2e armée de la Loire. Arrivé au Mans le 23, il découvre une ville alors en état de siège et en désordre : « la ville du Mans était encombrée, on ne savait où loger la troupe ». Le lendemain, sa troupe est envoyée dans l’est du département pour établir une défense face aux Prussiens qui arrivent depuis Paris. Il raconte :

Nous étions en luttes continuelles et quelles luttes! Mieux vaut cent fois celle contre l’ennemi.[…] les hommes dont plusieurs étaient à moitié gelés, [mourraient] de froid et de faim.

La neige aussi encombre les routes ralentissant la progression des troupes qui souffraient aussi du manque de vivres. Pendant la bataille, la troupe de Cathelineau combat à Fatines qui malgré une résistance acharnée et la perte des 2/3 de ses effectifs cède la place. Il se replie à l’ouest vers la Mayenne le 12 au matin.

Texte: Stéphane Tison et étudiant.es de Le Mans Université

Zur deutschen Version

Présentation du projet et des auteurs.trices

Retour à la table des matières



Cite this blog post
Anne Baillot (2020, December 27). Les soldats dans la Bataille du Mans: les francs-tireurs. Guerre franco-allemande / Deutsch-Französischer Krieg 1870/71. Retrieved April 23, 2024, from https://doi.org/10.58079/pdv9

Anne Baillot

I am a Professor of German Studies at Le Mans Université. My areas of research include German literature, Digital Humanities, textual scholarship and intellectual history.

You may also like...

1 Response

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *

This site uses Akismet to reduce spam. Learn how your comment data is processed.

Search OpenEdition Search

You will be redirected to OpenEdition Search