L’armée prussienne dans la Bataille du Mans

Combats à la gare, détail. gravure allemande (Archives du Mans)

Le lieutenant von Garnier, au Tertre de Changé

Cet officier commande le 11 janvier une compagnie d’un régiment du Brandebourg sur le carrefour formé par le chemin aux bœufs et la route de Changé. Dans un ouvrage publié vers 1907, il raconte les violents assauts français qu’il repousse avec ses hommes.

Les Français avaient l’avantage du nombre, mais les Brandebourgeois avaient une pratique du tir plus approfondie que la leur et surtout leur feu que rendait calme et sûr l’expérience de l’officier qui le dirigeait.

Trois fois les Français attaquent à la baïonnette, trois fois, après un court assaut, repoussés avec des pertes considérables ; si bien qu’à la fin ils repassent rapidement le Chemin-aux-Bœufs et s’y tiennent en repos dans le sous-bois.

Les Français apportent deux canons qui sont pris d’assaut par les Brandebourgeois. Une dernière charge française, la nuit tombée, ne permet pas de les reprendre.

Cette action vaut la croix de fer à von Garnier. Sa compagnie (110 hommes) a perdu 2 officiers, 2 sous-officiers, 30 hommes dont 20 percés de coups de baïonnette. 254 soldats français et allemands reposent ensemble dans une tombe du cimetière de Changé.

Boschen, un jeune soldat d’Oldenbourg.

Employé de commerce, il sort à peine, à 20 ans, de son année de volontariat lorsqu’il est appelé dans les rangs du 91e régiment d’infanterie formé de recrues de la région d’Oldenbourg. Le 11 janvier 1871, le vice-sergent (Vizefeldwebel) Boschen arrive à Mulsanne.

Boschen fait part de ses conditions de vie difficiles:

La nuit était glaciale, les étoiles brillaient; il y avait 8 à 10 degrés au-dessous de zéro. […] Le froid m’avait fait terriblement souffrir d’autant plus que je m’étais débarrassé dans la journée d’un double gilet pour échapper à la vermine qui l’insultait.

Néanmoins, les soldats du 91e régiment ne semblent pas manquer de vivres. La fatigue très présente est également un poids pour les soldats:

J’étais si fatigué que je ne pris que juste ce qui m’était nécessaire pour me soutenir: un morceau de pain, du fromage et quelques verres de cidre.

Le 12 janvier à midi, son régiment reçoit l’ordre de marcher vers Le Mans pour soutenir la première brigade en première ligne. Les Prussiens entrent au Mans en passant par Pontlieue, et le régiment de Boschen est le premier à atteindre la gare. Les combats sont très virulents place des Halles (place de la République). “Là, on tira sur les soldats allemands par les fenêtres et du haut des toits des hôtels et des cafés.” Le canon tire sur les façades du café Lecour où “la résistance finit par un corps à corps sanglant. Il décrit encore:

[…]des rues étaient tellement encombrées de voitures enchevêtrées, de cadavres d’hommes et de chevaux qu’il était impossible de s’y frayer un passage

Après la bataille du Mans, Boschen, éclopé, les pieds écorchés dans des chaussons de feutre, est hébergé et soigné par un médecin au Mans. Il y reste deux jours, jusqu’au 15 janvier avant d’être appelé pour rejoindre son régiment à Conlie.

Un fantassin de Prusse (Armeemuseum Ingolstadt)

Texte: Stéphane Tison et étudiant.es de Le Mans Université

Zur deutschen Version

Présentation du projet et des auteurs.trices

Retour à la table des matières


Anne Baillot

I am a Professor of German Studies at Le Mans Université. My areas of research include German literature, Digital Humanities, textual scholarship and intellectual history.

You may also like...

1 Response

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *

This site uses Akismet to reduce spam. Learn how your comment data is processed.

Search OpenEdition Search

You will be redirected to OpenEdition Search