Les civils dans la Bataille du Mans: nourrir et soigner les soldats

Les soins sont organisés dans l’armée, mais il n’existe pas de service de santé spécifique. L’organisation est alors confiée aux médecins mobilisés qui doivent prévoir un nombre de lits suffisant quand l’armée approche d’une ville.

Marie Meslay, cantinière du 33e Mobiles

On sait peu de choses de la vie de Marie Meslay (épouse Degouet) si ce n’est qu’elle était cantinière dans le 33e régiment de mobiles de la Sarthe, et que pour son action, elle reçut la médaille commémorative de 1870-71 en 1913.


Marie Meslay décorée par le général Boëlle, commandant la 4e région militaire.
Détail d’une photographie, cérémonie du 20 juin 1913, Le Mans (Société historique et archéologique du Maine, Fonds Robert Triger, DR)

On connaît mieux le rôle des vivandières durant la guerre franco-prussienne : distribuer les vivres, notamment l’alcool ; la blanchisserie, la cuisine et autres tâches assignées alors aux femmes. Ce sont souvent des femmes de soldats suivant leurs époux, de manière semblable aux femmes vivant de la prostitution, qui elles aussi suivaient l’armée. Cette mauvaise réputation de la vivandière s’estompe au milieu du XIXe siècle dès lors que leur statut est reconnu par l’armée sous le Second Empire. A partir de 1859, la médaille militaire peut leur être attribuée et elles vont participer aux défilés militaires. La république mettra en valeur ces femmes qui illustrent la défense du pays. Ainsi Le Petit Parisien du 4 août 1895 qui leur consacre un article, met en valeur le courage de l’une d’entre elles :

Mme Cordier s’est surtout signalée pendant la guerre de 1870-71. Elle fit des prodiges de valeur. De plus, après la capitulation de Sedan, elle sauva plusieurs officiers en les cachant dans sa voiture.

Pour autant, elles disparaissent à la fin du siècle d’une armée qui se virilise.

Le Docteur Mordret, l’organisateur des soins au Mans et dans la Sarthe

Le docteur Mordret (Médiathèque Louis Aragon, Le Mans)

Un autre ennemi menace combattants et civils en 1870 : la variole. Le docteur Ambroise Mordret en est le témoin direct, comme médecin chargé de restreindre l’épidémie. Issu d’une famille de médecins sur plusieurs générations, il commence à 20 ans sa carrière dans le corps sanitaire de l’armée et démissionne en 1850.

En 1870, il est rappelé pour soigner les soldats, comme chef des ambulances et chef de la place du Mans. L’afflux de malades atteints de variole s’accroît dès l’été. Sa tâche s’avère encore plus difficile avec l’arrivée de la deuxième armée de la Loire, et celle de nombreux hommes malades par train à la gare.

Ses rapports écrits témoignent de l’ampleur de l’épidémie:

le nombre des malades fut tel, qu’il fallut souvent conserver à la gare et à la grande caserne de cavalerie ceux qui étaient le plus grièvement atteints et que beaucoup y moururent. Les ambulances étaient remplies, l’hôpital regorgeait à ce point, qu’on avait dû étendre de la paille dans le vestibule d’entrée, et que chaque jour, 60 à 80 malades attendaient sur cette paille qu’un lit pût les recevoir. Pour plusieurs la mort venait la première..

Alors que la ville comptait 45.000 habitants, Mordret note le traitement de près de 20.000 malades dont 4551 varioleux. La mortalité atteignait 28 à 30 % touchant peu les soldats allemands, qui avaient été vaccinés.

Texte: Stéphane Tison et étudiant.es de Le Mans Université

Zur deutschen Version

Présentation du projet et des auteurs.trices

Retour à la table des matières


Anne Baillot

I am a Professor of German Studies at Le Mans Université. My areas of research include German literature, Digital Humanities, textual scholarship and intellectual history.

You may also like...

1 Response

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *

This site uses Akismet to reduce spam. Learn how your comment data is processed.

Search OpenEdition Search

You will be redirected to OpenEdition Search