Les civils dans la Bataille du Mans: soigner les malades et les blessés

Toutes les bonnes volontés sont acceptées pour soigner les soldats. Les initiatives privées sont innombrables et des hôpitaux provisoires sont organisés dans les couvents, au théâtre, au lycée, au dépôt de mendicité, dans les églises, chez l’habitant… Les soignants rappellent la convention de Genève qui a créé la Croix-Rouge en 1864 pour protéger ces espaces neutres.

Elisabeth Beaufils-Mariette, ambulancière à domicile


Elisabeth Beaufils-Mariette
(extrait de: F. Lemeunier, Sarthois pendant l’Année terrible, Archives historiques du Maine, XVI, 1971, p. 345)

La famille Beaufils-Mariette est une famille bourgeoise du Mans qui a fait fortune dans la ferronnerie. Au moment où éclate la guerre de 1870, Elie-Jean est maire-adjoint. Sa fille, Elisabeth, crée une ambulance affiliée au Comité de Secours de la Sarthe. Elle met 6 lits à disposition et recevra 7 blessés ou malades français entre le 15 janvier et le 27 avril 1871. Au même moment, la famille est contrainte de loger un militaire allemand. Pour protéger l’espace des malades, Elisabeth a fait coudre sur un simple manche à balai un carré de drap blanc fin, portant au centre, sur les deux faces, la croix rouge. Parmi les estampilles qui officialisent le drapeau, l’une porte « Préfecture de la Sarthe, Ambulances, Convention de Genève, n°… ». Ce fanion flotte sur l’ambulance située 23 rue du port. L’un des angles est déchiré : trace d’un coup de sabre d’un Uhlan, d’après le récit familial.

Marie-Colombe Cox, religieuse de la Visitation

De nationalité britannique, elle est sœur dans un couvent en Angleterre, puis entre à la Visitation du Mans en 1824, à l’âge de 20 ans. Elle occupe la tâche d’économe puis de maîtresse du pensionnat, puis dirige ce même pensionnat de jeunes enfants. Elle devient assistante de la Supérieure Marie de Chantal Fleuriot, et archiviste de la communauté.

Les sœurs ne sont pas épargnées par la contagion qui gagne toute la communauté. La Mère supérieur et Sœur Cox elle-même sont atteintes par la variole.

Le couvent est un espace sacré interdit aux hommes : elles n’accueillent pas d’ambulance mais réunissent des fournitures « auxquelles un grand nombre d’entre nous travaillaient sans cesse ». Trois fois, elles réussissent à empêcher le logement de soldats, français  d’abord, puis allemands. La variole est un argument utilisé pour éloigner ces derniers. Elles leur fournissent malgré tout de la paille :

grand fut l’empressement pour leur en procurer. Aussitôt, une chaine vivante s’organise à notre clôture : les unes courent au grenier, les autres passent de main en main les bottes reçues jusqu’à nos sœurs tourières qui faisaient le guet afin que les soldats n’aperçussent pas notre cloître.

Des religieuses d’autres ordres soignent les soldats dans les églises et les hôpitaux.


L’ambulance bénévole n°64 des sœurs du Pré (extrait de: F. Lemeunier, Sarthois pendant l’Année terrible, RHAM, XVI, 1971, pl. III).

Haut de g. à dr. : un 1ère cl. ou sergent de l’infanterie de ligne ; un officier ; un Volontaire de l’Ouest (unif. des Zouaves pontificaux) ; un sergent ou 1ère cl. de la Ligne ; un Volontaire de l’Ouest ; un soldat de Ligne et sans doute un franc-tireur
Assis : un franc-tireur ; un soldat de Ligne ?
Religieuses de la Congrégation de Ruillé-sur-Loir ; institutrices de l’Externat du Pré
 

Texte: Stéphane Tison et étudiant.es de Le Mans Université

Zur deutschen Fassung

Présentation du projet et des auteurs.trices

Retour à la table des matières



Cite this blog post
Anne Baillot (2020, December 28). Les civils dans la Bataille du Mans: soigner les malades et les blessés. Guerre franco-allemande / Deutsch-Französischer Krieg 1870/71. Retrieved April 23, 2024, from https://doi.org/10.58079/pdvi

Anne Baillot

I am a Professor of German Studies at Le Mans Université. My areas of research include German literature, Digital Humanities, textual scholarship and intellectual history.

You may also like...

1 Response

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *

This site uses Akismet to reduce spam. Learn how your comment data is processed.

Search OpenEdition Search

You will be redirected to OpenEdition Search