Les civils dans la Bataille du Mans: prêtres et aumôniers militaires

Dans une société où la religion est encore très présente, les prêtres jouent un rôle important auprès des soldats. Les aumôniers militaires sont chargés d’assurer les offices, les confessions et les absolutions auprès des soldats dans les régiments. Leur fonction est institutionnalisée en 1880.

L’inhumation des soldats dans des fosses communes. Détail d’une gravure (coll. part.)

L’abbé Charbonnier, curé de Fay et les soldats réunis avant la bataille

Auguste-Adrien Charbonnier est, à 37 ans, curé à la paroisse de Fay, après avoir enseigné au collège de Saint-Calais. Dans les notes qu’il rédige sur un cahier cartonné, il note l’arrivée de mobiles du Lot, puis du Gers, des soldats qui début janvier sont plus de 6000 dans la paroisse. Il note:

C’était grande pitié de voir ces pauvres soldats grelotter de froid en plein air sans les pouvoir efficacement soulager. Beaucoup de gens se plaignaient de leurs déprédations; mais ne leur était-il pas indispensable de prendre un peu partout le bois dont ils avaient besoin!

A Noël et la fête des Rois, « ils suivirent assez exactement les offices. J’en confessai un certain nombre. […] Le jour de l’Epiphanie, une messe fut dite sur le plateau de la Livaudière par l’aumônier du Gers et le régiment entier y assista. »

Ainsi les préparait-on à affronter la mort au combat.

L’aumônier des mobiles d’Eure-et-Loir, entre les lignes de combat

L’abbé Hervé

Le 11 janvier 1871, l’abbé Hervé se retrouve seul dans une ferme près de Connerré avec des blessés lorsqu’il est surpris par des Prussiens. Ceux-ci, conciliants envers les blessés, n’hésitent pas à l’aider. Toutefois, alors qu’il ne dispose que de peu de nourriture « ils ne [lui] offrirent pas une miette de leur table, qui était pourtant abondamment servie ». Il se charge aussi des défunts, dont les nombreux cadavres jonchent le sol. Il décrit ainsi son devoir :

L’encombrement des routes par l’ennemi ne permettait pas de les transporter au cimetière; je bénissais donc les endroits qui me paraissaient les plus favorables à leur sépulture, puis je priais les paysans de les enterrer.

On plaçait ensuite une croix sur les tombes, en prévision du recueillement des proches. L’officier prussien lui accorde le droit de ramener des véhicules afin de transporter les blessés, montrant une seconde fois son indulgence. L’abbé parvient à les faire conduire jusqu’à Pont-de-Gennes, les autres étant accueillis par le marquis de Nicolaï à Montfort-le-Rotrou. Ayant accompli sa tâche, il part retrouver son régiment de mobiles, muni d’un sauf-conduit accordé par l’occupant. Il parvient à rejoindre l’arrière-garde française, après avoir croisé de nombreuses troupes prussiennes à Ségrie le 15 janvier. Un capitaine recueille ses observations sur la marche de l’ennemi.

L’abbé Charles Morancé, aumônier des mobiles de la Sarthe.

L’abbé Charles Morancé dans les années 1870 (coll. part.)

A 40 ans, il est prêtre depuis 1858, officiant dans de nombreuses paroisses du Maine. Il accompagne le 33e Mobiles de Blois en octobre 1870 jusqu’au retour au Mans à la mi-mars 1871. Dans son carnet qu’il publie rapidement après la guerre, il décrit son rôle : se faire le relais auprès des familles, soigner les blessés, soutenir la foi des vivants. Il écrit:

L’aumônier, témoin ému de tant de douleurs, fier d’avoir partagé sur tous les chemins leurs épreuves, devait appeler sur ses chers morts des bénédictions et des prières.

Aussi, dans les multiples éditions de son livre Un régiment de l’armée de la Loire, entretient-il le souvenir des 554 soldats de la Sarthe inscrits sur le monument aux morts de Pontlieue, un décompte sans doute incomplet.

Texte: Stéphane Tison et étudiant.es de Le Mans Université

Zur deutschen Fassung

Présentation du projet et des auteurs.trices

Retour à la table des matières


Anne Baillot

I am a Professor of German Studies at Le Mans Université. My areas of research include German literature, Digital Humanities, textual scholarship and intellectual history.

You may also like...

1 Response

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *

This site uses Akismet to reduce spam. Learn how your comment data is processed.

Search OpenEdition Search

You will be redirected to OpenEdition Search