Les civils dans la Bataille du Mans: les inventeurs

Le microfilm de René Dagron

René Dagron (Wikimedia Commons)

Né à Beauvoir (Sarthe) en 1819, chimiste et photographe, Dagron est connu pour être le premier à avoir breveté le procédé du microfilm le 21 juin 1859. Perfectionnant son invention, il présente à l’Exposition universelle de Paris en 1867des micro-points : sur une surface d’un millimètre carré, il réussit à fixer les portraits des 400 députés français. Au début de la guerre, après avoir conclu un accord financier satisfaisant avec le directeur général des postes Germain Rampont, René Dagron embarqua dans un ballon, avec tout le matériel nécessaire. Mais il est arrêté par les Prussiens. Dagron parvient à s’échapper et continue son activité au service du gouvernement de la Défense nationale à Tours puis à Bordeaux. Il organise le service des pigeons voyageurs et fit passer vers Paris assiégé de longues dépêches microphotographiées. Le message secret était photographié sur un microfilm constitué d’une pellicule de collodion pouvant comporter 40 000 courriers.

Project de microphotographies siège de Paris. Gravure de presse (coll. part.)

La mitrailleuse d’Amédée Bollée

Portrait d’Amédée Bollée père (extrait de:
Pierre Souvestre, Histoire de l’automobile. Paris, éd. H. Dunod et E. Pinat, 1907)

En 1870, Amédée Bollée a 26 ans et travaille dans la fonderie de cloches prospère de son père installée au Mans depuis 1842. Lors d’un voyage aux Etats-Unis à la fin de la guerre de Sécession, il comprend que le Sud a perdu la guerre faute d’armement moderne. Il s’intéresse pour l’armée française au canon à balles, premier modèle de mitrailleuse. Il perfectionne le modèle de Reffye de 1866 inventant un système de refroidissement qui permet un tir plus soutenu. Les munitions sont identiques : des balles de calibre 13mm, mais Bollée augmente aussi la capacité de tir. En effet, la Bollée peut être chargée par 30 projectiles simultanément, contre une vingtaine pour la de Reffye.  Cette dernière dispose d’une manivelle rotative à l’instar de la Gatling, tandis que la Bollée permet de tirer beaucoup plus rapidement en utilisant un système de pression sur les ressorts qui permet de les relâcher au rythme voulu par l’artilleur. Ainsi des bons artilleurs étaient capables de charger 5 blocs par minutes, soit 150 balles à la minute, ce qui est dévastateur au regard de l’armement de l’époque. L’armée de la Loire en possédait plusieurs exemplaires qui furent utilisés lors de la bataille du Mans. Sur le champ de bataille, les canons à balles furent souvent assez mal utilisés. Mais lorsqu’on pointait ces armes sur l’infanterie, les dégâts étaient considérables.

La mitrailleuse d’Amédée Bollée père (Musée de l’Armée, Invalides, photo S. Tison)

La carte postale illustrée de Léon Besnardeau

Léon Besnardeau (détail d’une carte postale, coll. part.)

En 1870, Léon Besnardeau, né en 1829, est imprimeur à Sillé-le-Guillaume. La création du camp militaire de Conlie réunit 40 000 à 60.000 Bretons désirant informer leurs proches. Après avoir épuisé ses stocks de papier à lettre, il produit une carte portant des illustrations constituées d’attributs militaires, comme le fusil ou le tambour. Ces cartes postales sont dotées d’inscriptions comme: “Armée de Bretagne” puis lors de la seconde impression “Armées de terre et de mer”. Souvent considéré comme l’inventeur de la carte postale, des débats subsistent sur cette paternité, proclamée par un article du Petit Journal du 6 septembre 1902. Celui-ci s’exprimera à de nombreuses reprises pour selon lui «rétablir la gloire de son pays». L’invention de la carte postale est parfois attribuée à l’Autrichien Von Stephan, directeur des postes à Vienne. Au début du 20e siècle, la paternité de l’invention reste en quelque sorte inscrite dans la conflictualité franco-germanique…

La carte postale illustrée de Léon Besnardeau

Texte: Stéphane Tison et étudiant.es de Le Mans Université

Zur deutschen Fassung

Présentation du projet et des auteurs.trices

Retour à la table des matières


Anne Baillot

I am a Professor of German Studies at Le Mans Université. My areas of research include German literature, Digital Humanities, textual scholarship and intellectual history.

You may also like...

1 Response

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *

This site uses Akismet to reduce spam. Learn how your comment data is processed.

Search OpenEdition Search

You will be redirected to OpenEdition Search