Les civils dans la Bataille du Mans: les responsables politiques

Georges Le Chevalier, préfet gambettiste

Georges le Chevalier (Médiathèque Louis Aragon, Le Mans)

C’est un très jeune préfet de 30 ans qui arrive au Mans en septembre 1870. Avocat, né à Paris il est nommé par son ami Léon Gambetta. Dès sa prise de fonction, il commence à organiser la défense du territoire en prévision de l’invasion et fait afficher une déclaration :

La tâche est difficile, mais elle est unique: préparer et assurer la libération prochaine du sol sacré de la patrie. La France sait qu’elle ne combat plus pour un homme ni pour une dynastie, mais pour elle-même.

Le Chevalier supervise le recrutement de 14000 hommes environ et peine à leur trouver des armes. Il finit par obtenir environ 11000 fusils divers, mais avec des munitions non interchangeables ou même incompatibles avec l’arme manipulée. La Sarthe est déclarée en état de guerre au mois d’octobre. Le préfet fait couvrir le territoire d’obstacles pour ralentir l’ennemi et demande aux maires de transmettre les données sur l’avancée des Prussiens. Ces mesures sont peu appliquées, tandis que les rumeurs d’invasion créent la panique à plusieurs reprises. Sa gestion autoritaire le coupe des notables. Forcé de quitter Le Mans avant l’occupation, il maintient son action au sud du département. Comme Gambetta, il démissionne après l’armistice.  Au tournant du siècle, Le Chevalier fera une carrière politique dans la Sarthe, étant élu président du conseil général et sénateur en 1903.

Michel Vétillart obtient le cessez le feu

Né le 28 octobre 1820 à Pontlieue, il y a créé une usine de blanchiment de textiles et de cotons. Maire de cette commune jusqu’à son rattachement au Mans en 1865, il est en 1870 maire adjoint. Le 12 janvier, alors que les combats font rage dans la ville, le conseil municipal décide d’envoyer les élus faire cesser le feu. Avec MM. Durand et Caillaux, ayant pour tout drapeau parlementaire « un essuie-mains », il se dirige vers la rue de l’étoile. Là, des élus parlementent avec les officiers prussiens pour obtenir un cessez le feu qu’ils font respecter dans les rues proches. Il prend la suite du maire, atteint par la variole, pour administrer la ville occupée. A sa femme, il écrit le 23 janvier

Nous sommes absolument sans nouvelles de ce qui se passe au dehors de la ville. Nous ignorons tout.

Puis le 27 janvier :

Pour nous ici, nous n’avons qu’une aspiration, qu’un désir, la Paix, la Paix le plus promptement possible, afin de nous réunir à tous les nôtres!

Pierre Jacques Richard, maire du Mans, face au vainqueur

Pierre Richard, coll. Guy Henri de Landevoisin

Cet avocat né à Savennières (Maine-et-Loire) faisait partie du Comité Central Républicain lors de la Révolution de 1848 et entre au conseil municipal l’année suivante. Il occupe la fonction de maire du 17 août 1870 au 15 mai 1871. Le 12 janvier, il fait partie d’un deuxième groupe d’élus qui se porte vers les troupes ennemies pour éviter pillages et exactions. Il est présenté au général Voigts-Rhetz, place de la Mission. Ce dernier lui intime l’ordre de payer une contribution de 4 millions de Francs, ainsi que de servir ses troupes, en échange de quoi, il promet sécurité aux habitants, avant de le congédier. Quelques heures plus tard, Richard refuse de se plier à l’ordre de ravitailler 40.000 soldats, répondant à l’officier :

Dans ce cas, c’est l’autorité allemande qui dans 15 jours sera obligée de nourrir les habitants! Quant aux 4 millions de francs, si vous persistez à les demander je n’essaierai même pas de les chercher.

Quelques jours plus tard, Richard étant contaminé par la variole, Alexandre Desgraviers, Michel Vétillard et Eugène Caillaux prennent en main la mairie. Finalement, la somme imposée est réduite à 2 millions. A la fin des hostilités, les Allemands remettent 500 000 francs en dédommagement. 

Texte: Stéphane Tison et étudiant.es de Le Mans Université

Zur deutschen Fassung

Présentation du projet et des auteurs.trices

Retour à la table des matières


Anne Baillot

I am a Professor of German Studies at Le Mans Université. My areas of research include German literature, Digital Humanities, textual scholarship and intellectual history.

You may also like...

1 Response

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *

This site uses Akismet to reduce spam. Learn how your comment data is processed.

Search OpenEdition Search

You will be redirected to OpenEdition Search