Après la Bataille du Mans: l’occupation

Abbé Jules-René Paty, curé du Luart

Abbé Jules-René Paty (extrait de: F. Lemeunier, Sarthois pendant l’Année terrible, RHAM, XVI, 1971, p. 209)

Né à Bierné (Mayenne), il a enseigné à Mamers et en 1870, à 37 ans, officie dans la paroisse du Luart depuis deux ans. Le journal qu’il tient dans les derniers jours de la guerre montrent l’effraction de la guerre dans ce village de 1000 habitants, situé à une trentaine de kilomètres du Mans.

Extraits de son journal :

Lundi 9 janvier : […] A 9 heures, arrivée de nouveaux officiers. 700 prisonniers dans l’église. Dans le bourg, dégâts. Les soldats qui arrivent à 9h par la neige sont de vrais sauvages.

Mardi 10 : Vers 4h, arrivée des Lanciers et Uhlans de Prusse. Un colonel au presbytère avec 5 officiers – grand dîner payé par eux – polis, ici et dans le bourg.

Mercredi 11 : 4h, arrivé des Lanciers de la veille, peu d’affaire ce jour-là, un officier m’a dit que les forêts étaient difficiles à prendre. Dîner à leur frais, les mêmes officiers au presbytère. Une couverture disparue de la chambre à donner. […]

Jeudi 12: Dans le bourg, des traînards. A 4h, on annonce encore l’arrivée des Uhlans pour coucher. A 4h 1/2. Contrordre, ils disent devoir entrer au Mans le soir même. Nuit tranquille. Quel changement dans le bourg, toutes les maisons remplies de paille, pillées, des meubles brisés par des chevaux mis dans les maisons.

Jeudi 26 : Les maires de Duneau et de Sceaux sont chargés de remplir les tranchées avant midi sous peine de mille francs d’amende.

La baronne de Laborde

Marie Julienne Baudelet de Livois est née en 1833 d’une famille de noblesse de robe de l’Artois. Elle épouse en 1851 le baron Charles-Léopold Rottier de Laborde, fils d’un colonel baron de l’empire. Châtelains de la Ragotterie à Yvré-l’Evêque, ils se sont réfugiés dans une demeure au Mans, 4 place de l’Etoile.

Le soir même [de la défaite, le 12 janvier], les Prussiens allaient prendre leurs quartiers de logement chez les habitants effrayés de cette prise de possession.

Un officier réquisitionne chez elle deux chambres pour trois officiers dont l’aide de camp du duc de Mecklembourg. Les relations demeurent courtoises. Sa maîtrise de l’allemand lui permet d’intervenir. Le 15 janvier :

on vient dans la journée me dire qu’un prêtre, l’abbé Deshayes, était prisonnier, accusé d’avoir tiré sur les Prussiens à leur entrée, d’une ambulance. Mmes de la Chaise et Mordret venaient me prier de le faire gracier. J’en parlai à mes hôtes, M. de Platen me promit de s’en occuper. Lorsque je revins de la messe […] Mme Mordret vint m’annoncer que le prisonnier était relâché.

D’après  les décomptes adoptés par l’Assemblée Nationale après la guerre, la Sarthe aurait payé:

  • dépenses en logement et nourriture : 2 millions ;
  • réquisitions justifiées : 2,3 millions de francs ;
  • dédommagements divers : 10,9 millions de francs. 

Pourtant, malgré l’occupation, une partie des sarthois, comme la baronne de Laborde, auront réussi à créer des liens courtois avec l’occupant.

Soldats prussiens dans le Vieux Mans (Maison de la Reine Bérengère). Gravure allemande (Musées du Mans)

Texte: Stéphane Tison et étudiant.es de Le Mans Université

Zur deutschen Fassung

Présentation du projet et des auteurs.trices

Retour à la table des matières


Anne Baillot

I am a Professor of German Studies at Le Mans Université. My areas of research include German literature, Digital Humanities, textual scholarship and intellectual history.

You may also like...

1 Response

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *

This site uses Akismet to reduce spam. Learn how your comment data is processed.

Search OpenEdition Search

You will be redirected to OpenEdition Search