Après la Bataille du Mans: les soldats de Paderborn au Mans

Mgr Charles Fillion, évêque du Mans. Baie 11 de l’église Notre-Dame-Des-Marais de La Ferté-Bernard (Wikimedia Commons)

Si l’on croît Charles Fillion, évêque du Mans, la bataille du Mans laisse la ville dans un état déplorable : Elle est « prisonnière [et] consumée par de mortelles épidémies », sans compter la « profusion de sang et de larmes ». Compte tenu de cette situation, il est surprenant que déjà pendant la guerre les soldats de Paderborn, contrairement aux autres soldats allemands, bénéficient d’un « accueil chaleureux » dans le diocèse du Mans – non seulement par le clergé, mais aussi par le reste de la population.

La première raison est que la ville de Westphalie, catholique, n’apprécie guère la tutelle prussienne.

Une autre est l’existence d’une relation ancienne entre les clergés des deux villes.

Ainsi, un aumônier militaire, originaire de Paderborn de passage le 9 janvier à Lhomme rencontre le curé du village pour lui demander de l’aide, notamment pour les blessés allemands. Se référant au jumelage entre les deux villes, il est accueilli cordialement par le curé sarthois avec les mots « Nos sumus fratres » (« Nous sommes frères »). Peu après, cet aumônier se rend même à la cathédrale Saint Julien du Mans pour y célébrer une messe devant l’autel de Saint Liboire.

A cette occasion, il est reçu par Mgr Fillion qui souhaite envoyer une lettre à Konrad Martin, son homologue à Paderborn.

Mgr Konrad Martin, évêque de Paderborn. (extrait de: Anton Schreiber, Dr. Conrad Martin, Bischof von Paderborn. Würzburg, 1875, Bayerische Staatsbibliothek digital)

Dans cette lettre, rédigée le 15 janvier, l’évêque manceau sollicite l’assistance spirituelle auprès de l’Eglise de Paderborn pour que les saints et surtout Saint Liboire contribuent à « chasse[r] maladies et famines » et à épargner ainsi la ville du Mans de l’occupation prussienne. Les prières des catholiques à Paderborn ne sont pas exaucées et leur intercession auprès de Saint Liboire n’obtient pas que les responsables prussiens gracient la ville du Mans.

L’amitié entre les deux clergés demeure intacte.

En 1877, lorsque Bismarck met en œuvre la politique du Kulturkampf, visant à luthéraniser le Reich, l’évêque de Paderborn viendra se réfugier au Mans.

Texte: Stéphane Tison et étudiant.es de Le Mans Université

L’amitié entre Le Mans et Paderborn, à l’origine portée par les deux diocèses, s’étend désormais, et depuis plusieurs décennies, à de nombreux domaines comme la culture et la formation. Des étudiant.es de Paderborn inscrit.es dans le cursus de licence binational “Etudes Européennes“, qui passent un an à l’Université du Mans, ont ainsi contribué à la conception et à la réalisation de cette exposition.

Zur deutschen Fassung

Présentation du projet et des auteurs.trices

Retour à la table des matières



Cite this blog post
Anne Baillot (2020, December 30). Après la Bataille du Mans: les soldats de Paderborn au Mans. Guerre franco-allemande / Deutsch-Französischer Krieg 1870/71. Retrieved April 23, 2024, from https://doi.org/10.58079/pdvt

Anne Baillot

I am a Professor of German Studies at Le Mans Université. My areas of research include German literature, Digital Humanities, textual scholarship and intellectual history.

You may also like...

1 Response

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *

This site uses Akismet to reduce spam. Learn how your comment data is processed.

Search OpenEdition Search

You will be redirected to OpenEdition Search