Après la Bataille du Mans: la transmission du souvenir, entre deuil et patriotisme

Robert Triger, l’érudit passeur de mémoire

Robert Triger (par Charles Morancé, Société historique et archéologique du Maine, photo : P. Polanchet).

Lorsque la guerre éclate, à 15 ans, il ne peut s’engager. Réfugié à Alençon, il assiste du haut des toits de son lycée aux combats du 15 janvier 1871 au Sud de la ville. Il en reste profondément impressionné, souhaitant dès lors la revanche et professant toute sa vie un patriotisme ardent. Vice-président de la Société Historique et Archéologique du Maine en 1887, puis président de 1899 jusqu’à sa mort en 1927, il participe à entretenir la mémoire des vétérans mettant en relation ceux qui témoignent ou qui étudient la bataille du Mans. Il s’adresse ainsi aux anciens Zouaves pontificaux réunis en janvier 1905:

Depuis plus d’un quart de siècle déjà, Messieurs, vos chevaleresques  exploits appartiennent à l’histoire. Aux générations jeunes en 1871, qui en avaient ressenti vivement les émotions et la gloire, et qui plus tard, entrées à leur tour dans la carrière, n’avaient cessé de regarder vers la frontière, l’arme au pied, impatients de suivre vos exemples et de venger vos revers, succèdent aujourd’hui de nouvelles générations fatalement endormies dans les douceurs de la paix. Bientôt, si l’on n’y prend garde, […], les vaillants combattants de 1870 ne pourront plus compter que sur la fidélité de l’histoire.

En 1908 et 1910 il accueille des vétérans allemands de Francfort-sur-Oder qui font ériger un monument dans le cimetière de Parigné-l’Evêque et posent une plaque à l’ossuaire du grand cimetière du Mans. Un début de réconciliation…qui reste inscrit dans l’esprit d’une culture guerrière.

Carl Bleibtreu, l’historien allemand de la bataille du Mans

Représentant du réalisme littéraire allemand, l’écrivain Carl Bleibtreu (1859-1928) s’est penché sur la guerre franco-prussienne dans l’esprit de son père, peintre spécialisé dans les représentations de champs de bataille. Au tournant du siècle, il publie une série d’ouvrages sur les batailles de 1870-1871. Dans  Le Mans. Die Schacht vom 10. bis 12. Januar 1871, il livre un récit heure par heure de la bataille du Mans, articulant mouvements de troupes et décisions militaires à une description vivace des conditions difficiles du champ de bataille. Le ton est celui d’une héroïsation nationale exacerbée.


Carl Bleibtreu, en 1909 (Wikimedia Commons)

Ainsi décrit-il la situation française marquée par la défaite :

C’est à l’image de l‘obscurité qui arrivait si tôt dans ces troubles jours d’hiver d’un froid de glace que furent menés les derniers combats désespérés de janvier : dans le sombre de la nuit, et laissant place à un noir minuit planant sur la France – une frayeur hivernale sans clair de lune, sans espoir… Quand le soleil se lèvera-t-il à nouveau, quand viendra un printemps qui guérira de telles blessures ?

Margarethe Wachsmuth, la veuve blanche d’un officier allemand

Fille d’un avocat, cette jeune femme apprend en 1871 que son fiancé, le premier lieutenant Edward von Tluck und Tochonowitz, a été tué au Tertre de Changé le 12 janvier 1871.


Edward von Tluck
(Société historique et archéologique du Maine, fonds Robert Triger, Droits Réservés)

Elle restera une veuve blanche, ne prenant d’autre mari. Au printemps 1911, Robert Triger qui avait rédigé un article sur les tombes de Changé l’accompagne sur celle de son fiancé où elle s’est déjà rendue plusieurs fois.


Margarethe Wachsmuth
(Société historique et archéologique du Maine, fonds Robert Triger, Droits Réservés)

Robert Triger note de façon lapidaire, mais non sans émotion :

le lundi 22 mai, je la conduis dans ma voiture au cimetière de Changé… Retour par le monument [du Tertre] et visite de l’Epau. Très touchant pèlerinage après 40 ans !

Une correspondance se poursuit au moins jusqu’en janvier 1914, après une nouvelle visite le 12 août 1913  à la tombe, « cette place qui m’est le plus cher au monde.» lui écrit-elle.

Texte: Stéphane Tison et étudiant.es de Le Mans Université

Zur deutschen Fassung

Présentation du projet et des auteurs.trices

Retour à la table des matières



Cite this blog post
Anne Baillot (2020, December 31). Après la Bataille du Mans: la transmission du souvenir, entre deuil et patriotisme. Guerre franco-allemande / Deutsch-Französischer Krieg 1870/71. Retrieved May 27, 2024, from https://doi.org/10.58079/pdvw

Anne Baillot

I am a Professor of German Studies at Le Mans Université. My areas of research include German literature, Digital Humanities, textual scholarship and intellectual history.

You may also like...

1 Response

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *

This site uses Akismet to reduce spam. Learn how your comment data is processed.

Search OpenEdition Search

You will be redirected to OpenEdition Search