Un autre regard sur la guerre de 1870-1871

Benoôt Bodart et Gabrie Garrote (dir.) Un autre regard sur la guerre de 1870-1871, éditions Lamarque, Avon-les-Roches, 2021.

L’ouvrage est présenté par l’un des auteurs, Fadi El Hage, docteur en histoire.

Le 16 septembre 2020 s’est tenue une journée d’études organisée par le Centre de recherche des Écoles de Coëtquidan ambitionnant d’offrir « un autre regard sur la guerre de 1870-1871 », selon une approche pluridisciplinaire. J’ai participé à cette journée d’étude, dont les actes viennent de paraître aux éditions Lamarque. Benoît Vaillot m’a demandé de présenter l’ouvrage.

Le report de la journée d’études, qui aurait dû se mettre en place le 4 avril 2020, du fait du « grand confinement », s’est avéré une aubaine. En effet, plusieurs ouvrages sur la guerre de 1870 ont paru au cours de l’été 2020. Nous avons pu les prendre en compte, notamment le livre de Bourguinat et Vogt, sorti à la fin du mois d’août. Il est précieux de pouvoir s’attacher à l’historiographie la plus récente, sans dédaigner naturellement les parutions passées, certaines restant indispensables comme La Guerre de 70 du regretté François Roth (1990).

Chaque intervenant a apporté sa pierre à l’édifice du recueil, selon sa spécialité. Le contexte géopolitique délicat pour la France en 1870 se trouve ainsi présenté clairement par Frédéric Dessberg, qui conclut à une transformation géopolitique rendant l’esprit des traités de 1814-1815 caduc. Napoléon III était resté bloqué sur ceux-ci. Avait-il donc péché par anachronisme dans sa quête de l’étoile napoléonienne ?

Le colonel Faudais, spécialiste du maréchal Niel, met en évidence le décrochage militaire de la France, habituée à des guerres loin de ses frontières et habituée à des pratiques militaires inadaptées face à un adversaire comme la Prusse, renforcée par les autres États allemands. Malgré des défaillances logistiques notables en Crimée et en Italie, malgré l’échec mexicain, un excès de confiance était tangible. Tactiquement, l’adversaire avait-il été sous-estimé ?

Le choc de la débâcle d’août-septembre (non exempte de courage, une défaite n’étant pas synonyme de couardise, au contraire) ne mit pas fin à la guerre, puisque la République en hérita. J’ai cherché à insister sur la réaction militaire quasi-improvisée, ainsi que sur le contexte tactique difficile, marqué par l’investissement de Paris. J’ai tenté de cerner les tentatives d’organisation militaire avec le moindre armement à disposition à travers la présentation de documents inédits. Les réactions et sentiments des non-combattants constituent un aspect sur lequel j’ai particulièrement insisté. La défaite était bien sûr militaire, mais également morale. Les aspirations à une paix rapide étaient fortes, au même titre que la crainte d’une révolution ouvrière, considérée comme plus inquiétante que l’occupation allemande. L’étude de témoignages de personnes sans lien avec la direction des armées ou de la politique offre des pistes quant à l’opinion pendant cette guerre.

La contribution de Martin Motte quant au rôle déterminant de Moltke invite à une importante réflexion sur la guerre. Personnellement, elle me rappelle la sempiternelle question : la victoire est-elle surtout rendue possible par la qualité tactique du vainqueur ou surtout par la piètre qualité ou les défaillances du vaincu ? Martin Motte considère le plan de Moltke comme ayant été d’une qualité indéniable. Toutefois, l’expérience ultérieure du plan Schlieffen de 1914 démontre que la réactivité et la force morale pouvaient rompre de tels projets. Moltke avait compris que la France aurait du retard dans la disposition de son armée. Son pari fut risqué, mais il porta ses fruits.

Le lieutenant Garrote a évoqué les Saint-cyriens durant la partie impériale de la guerre. L’honneur impliqua pour la plupart une mort au combat, ce qui contribua à la légende de ces Saint-Cyriens morts au combat, même si cette attitude « à l’antique » n’était pas toujours saisie comme telle, à l’image de George Sand qui songeait à la remontée en puissance ultérieure.

Cet héroïsme transparaît dans les narrations des combats de Bazeilles et Sedan. Le commandant Bodart souligne les mauvais choix sur le terrain, les changements et incohérences dans le commandement. Sedan résume la situation de l’armée française en août 1870 : infériorité numérique, problèmes d’armement et de doctrine, moral défaillant et chefs inadéquats.

Cette défaite fut un véritable traumatisme national, traumatisme perceptible dans la peinture. Jean-François Lecaillon offre une analyse de la peinture aux allures fréquemment héroïques, mais la peinture la plus frappante est certainement celle de Paul Legrand, Devant le rêve, datant de 1897. Près des petits garçons attirés par des estampes militaires héroïques se tient un vétéran estropié, tournant le dos à ces légendes. Les regards ne se croisent pas, les jeunes garçons ignorent donc la réalité du combat et la solitude du mutilé.

Axel Augé aborde un thème cher aux biographes de Napoléon III (notamment Éric Anceau) : le saint-simonisme. Les préoccupations sociales de l’Empereur étaient teintées de cette obsession de l’homme providentiel, qui affecte toujours la pensée politique française. L’injonction à se sentir capable amena-t-elle au moment funeste du fameux « été en enfer », titre d’un récit de Nicolas Chaudun sur la situation de Napoléon III pendant ces mois pénibles ?

Vu du droit, Gwenaël Guyon se penche sur le code militaire de 1857. Celui-ci, très sévère mais lourd quant aux procédures à instruire, fut véritablement un code de « temps de paix » contre l’insubordination et face au risque de troubles intérieurs. La débâcle de 1870 a révélé son manque de souplesse, donc son inefficacité face à la multiplication des cas d’indiscipline aux yeux de généraux qui se sentirent démunis.

La sortie de guerre clôture les contributions. Michaël Bourlet décrit les réformes stratégiques, tactiques et matérielles qui étaient autant les manifestations d’une remontée en puissance qu’une préparation de la guerre suivante. Ces réformes permirent aussi l’installation de la République, qui avait à faire oublier sa naissance dans la défaite.


You may also like...

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *

This site uses Akismet to reduce spam. Learn how your comment data is processed.

Search OpenEdition Search

You will be redirected to OpenEdition Search