Le carnet d’un soldat de 1870 sorti d’un grenier de Pornic

Cet article a été originellement publié sur le site d’Actu.fr

C’est un manuscrit rare ! Michel Baconnais, historien amateur de Pornic, a retrouvé le carnet d’un soldat pornicais, prisonnier des Prussiens

Michel Baconnais
Michel Baconnais, tenant à la main le carnet de Joseph Baconnais, a retrouvé sa tombe au cimetière de Bourgneuf, après la découverte dans un grenier pornicais du carnet de ce combattant qui a participé à la guerre franco-prussienne de 1870-1871. (©Le Courrier du pays de Retz)

Ce manuscrit est un témoignage rare d’un soldat captif des Prussiens en 1870. Le carnet va être remis aux archives départementales par l’historien amateur de Pornic, Michel Baconnais.

Prisonnier de guerre

Lorsque le Clionnais, bien connu des Pornicais et au-delà pour ses nombreuses découvertes du patrimoine local, a appris qu’un de ses amis venait de découvrir, dans son grenier, un manuscrit datant de 1871, écrit par un certain soldat Joseph Baconnais, son sang d’historien amateur et de détective acharné n’a fait qu’un tour.

Lire aussi : L’énigme du souterrain de Pornic

Mais qui était donc ce Joseph Marie Baconnais dont il n’avait jamais entendu parler et que contenait vraiment ce petit carnet racontant au jour le jour sa vie d’artilleur entre juillet 1870 et mai 1871, d’abord comme combattant, puis comme prisonnier de guerre ?

Michel Baconnais a retrouvé un aïeul commun, Nicolas Baconnais, au début du 17e siècle.

Des mois de guerre et de captivité

Né à Sainte-Marie sur Mer au village de la Davitière en 1845 et mort en 1899, Joseph Marie est entré en 1873 dans le corps de la gendarmerie à pied où il fera 23 ans de service avant de travailler comme greffier de justice de paix à Bourgneuf.

Le carnet du soldat
Le carnet du soldat Joseph Marie Baconnais.(©Le Courrier du pays de Retz)

Il avait vingt-cinq ans lorsqu’il est entré en campagne et a décidé d’ouvrir un carnet retraçant sa vie quotidienne, ses mois de guerre et de captivité.

Il a divisé son récit en quatorze stations, intitulées « chemin de la croix ». En fin de carnet, il a ajouté quelques chansons à boire et des chants patriotiques, dont La Marseillaise avec ses quinze couplets.

Le carnet de Joseph Baconnais comprend de nombreux dessins satyriques sur le Maréchal Bazaine, commandant en chef des troupes de l’Est. Ce dernier a été reconnu coupable d’avoir capitulé en rase campagne. Il a été dégradé et condamné en 1873.
Le carnet de Joseph Baconnais comprend de nombreux dessins satyriques sur le Maréchal Bazaine, commandant en chef des troupes de l’Est. Ce dernier a été reconnu coupable d’avoir capitulé en rase campagne. Il a été dégradé et condamné en 1873. (©Le Courrier du pays de Retz)

« Les animaux morts jonchent les routes »

Via ses textes et ses dessins, Joseph Baconnais témoigne d’un vécu dur et violent. Date par date, on suit l’existence de ce soldat. Ainsi peut-on lire : « 28 juillet 1870. Arrivée à Nancy après 44 heures de voyage. En garnison au camp de la Porte Saint-Georges, où nous passons là les plus beaux jours de notre existence. »

Le 31 août 1870, il écrit :

Reprise des combats. L’ennemi recule après un massacre épouvantable. Dès le cessez-le-feu, nous campons sur le champ de bataille, sous l’arbre des Morts. Au petit jour, nous frémissons devant les quantités de corps humains qui avaient succombé sous cette pluie de mitraille, mais sans délai, la lutte fut rengagée dès le lever du soleil, et le combat redoubla jusqu’à 1 heure de l’après-midi. La retraite est alors ordonnée.

Fin septembre 1870, « les chevaux meurent de faim. On essaie de leur donner de la viande de cheval cuite, mais ils n’en veulent pas. » […]

Plus moyen d’acheter du pain, les boulangers ont interdiction de nous en vendre. Les animaux morts jonchent les routes, et dès qu’un cheval ou un mulet s’écroule épuisé, tout le monde se porte en foule pour le dévaster de sa viande.

Le 27 octobre 1870, « on nous apprend que Metz a capitulé, que l’on doit rendre les armes dès demain et se constituer prisonnier. »

« Plus près de la mort que de la vie »

« Les soldats français sont captifs des Prussiens à Tournebride. Depuis trois jours, on ne dort pas, nous buvons l’eau boueuse des marais, on nous donne du pain noir comme de la suie, mais nous sommes bien contents de l’avoir. Nous sommes plus près de la mort que de la vie », écrit le soldat les 29, 30 et 31 octobre 1870.

Le 9 novembre 1870, les soldats prisonniers atteignent le camp d’Augsbourg en Bavière « après 44 heures de train, où nous arrivons exténués ».

Le voyage s’est effectué dans des wagons de marchandises où nous étions plus de 60. Beaucoup étaient malades (fièvres ou diarrhées). Si nous ne sommes pas morts de faim, c’est grâce aux habitants qui nous jetaient quelques morceaux de pain par la portière, comme on l’aurait fait à des sauvages. Pour lieu de captivité, on nous donna pour prison une écurie infestée de rats et de poux. Nous avions une fois la soupe à midi et le café à 8 heures.

Le 14 mai 1871, les prisonniers sont libérés. « Nous sommes arrivés à Bourges fin mai le jour de l’Ascension. »

Marc Le Liepvre, correspondant local de presse


Benoit Vaillot

Doctorant en histoire Arche EA 3400 (Université de Strasbourg) / PhD Researcher (European University Institute, Florence). Coordinateur du séminaire doctoral « Nationalism Working Group » hébergé à l'Institut Universitaire Européen.

You may also like...

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *

This site uses Akismet to reduce spam. Learn how your comment data is processed.